MESURES DE BIOSECURITE A APPLIQUER DANS LES BASSES-COURS

À DESTINATION DES DÉTENTEURS DE VOLAILLES
OU AUTRES OISEAUX CAPTIFS DESTINÉS UNIQUEMENT
À UNE UTILISATION PERSONNELLE, NON COMMERCIALE

Passage au niveau  « élevé » pour le risque influenza aviaire hautement pathogène

 Exercer une surveillance quotidienne de vos oiseaux.
 Aucune volaille (palmipèdes et gallinacés) de la basse cour ne doit entrer en contact direct
ou avoir accès à des volailles d’un élevage professionnel.
 Limiter l’accès de la basse cour (l’endroit où vous détenez vos oiseaux)
aux personnes indispensables à son entretien.
 Protéger votre stock d’aliments des oiseaux sauvages ainsi que l’accès à l’approvisionnement
en aliments et en eau de boisson de vos volailles.
 Protéger et entreposer la litière neuve à l’abri de l’humidité et de toute contamination,
sans contact possible avec des cadavres.
 Ne jamais utiliser d’eaux de surface : eaux de mare, de ruisseau, de pluie collectée…
pour le nettoyage de votre élevage.
 Si les fientes et fumiers sont compostés à proximité de la basse cour, ils ne doivent pas être
transportés en dehors de l’exploitation avant une période de stockage de 2 mois.
Au-delà de cette période, l’épandage est possible.
 Réaliser un nettoyage régulier des bâtiments et du matériel utilisé pour la basse cour.

RECOMMANDATIONS POUR L’ÉLEVEUR
 Portez des bottes, une blouse dédiée et
éventuellement des gants pour soigner vos
oiseaux.
 Lorsque vous quittez votre basse cour, laissez
vos équipements (bottes, blouse, gants…) dédiés
à l’entrée de cette dernière.
 Dans tous les cas, lavez régulièrement vos
bottes, blouses et gants à l’eau chaude et au
détergent ou désinfectez-les. Aucune souillure
ne doit persister. Lavez aussi régulièrement le
matériel d’élevage (fourches, mangeoires….).
 Lavez soigneusement vos mains à l’eau
chaude et au savon après avoir été en contact
avec des oiseaux.
 Ne pas vous rendre dans d’autres élevages
sans précautions particulières.

SI UNE MORTALITÉ ANORMALE EST CONSTATÉE :
CONSERVER LES CADAVRES EN LES ISOLANT ET EN LES PROTÉGEANT
ET CONTACTEZ VOTRE VÉTÉRINAIRE OU LA DIRECTION DÉPARTEMENTALE
EN CHARGE DE LA PROTECTION DES POPULATIONS.

Consultez le document en version PDF